Le syndrome de Renfield


Définition

Le Syndrome de Renfield, ou vampirisme clinique, est une déviance mentale rare qui pousse un individu, (généralement un homme), à boire du sang humain - le sien ou celui d'autrui. Il s'apparente ainsi aux vampires. Ce comportement est associé dans certains cas à des tendances sadiques, nécrophiliques ou cannibaliques. Pour certains individus, ces pulsions sont liées à l'excitation sexuelle.


Evolution de la maladie

L'évolution peut être classée en quatre stades :

- Durant l'enfance, à la suite d'un incident mineur comme une coupure, l'enfant découvre que le goût du sang lui plait et lui procure des sensations inconnues.

- L'individu plus âgé continu à boire son propre sang, c'est ce que l'on désigne par " l'auto vampirisme ". Cet acte lui apporte un plaisir qu'il ne trouve pas ailleurs. Lors de l'adolescence, cette démarche est associée à la découverte de la sexualité.

- L'individu peut étendre sa soif de sang en buvant celui des animaux : il s'agit alors de zoophagie.

- Le dernier stade est le vampirisme clinique où l'individu boit le sang d'autres êtres humains. Il mord ses victimes par plaisir et le goût de leur sang lui apporte un ravissement, souvent sexuel. Le sang devient alors une véritable drogue. De nombreux tueurs en série étaient sujets au vampirisme clinique : Peter Kurten (le vampire de Dusseldorf), John Haig (le vampire de Londres) ou encore Fritz Harrmann (le vampire de Hanovre) pour ne citer que les plus connus. Ces derniers prenaient plaisir à affirmer leur pouvoir et leur contrôle total sur leurs victimes. Ils sont aussi excités par le fait de violer un tabou, celui d'attaquer et de faire couler le sang d'un de leur semblable.


Renfield… ce nom me dit quelque chose ?

Dwight Frye incarnant Renfield dans "Dracula" de 1931

Cette appellation est due à Richard Noll, un psychologue américain et auteur en 1992 d'un ouvrage en anglais : " Vampires, werewolves, & demons : 20th century reports in the psychiatric literature ", publié aux éditions Brunner - Mazel. Richard Noll a souhaité nommer ce désordre mental en référence au personnage du roman " Dracula " de Bram Stoker. En effet, Renfield, enfermé dans une clinique psychiatrique, est soumis aux même symptômes. Totalement obsédé par le sang, il souhaite attraper des insectes puis des animaux de plus en plus gros pour s'en procurer. Après avoir côtoyé le Comte Dracula, Renfield pense que le sang lui permettra de se nourrir d'énergie vitale. Il ne cesse de répéter : " Le sang s'est la vie ! ".


Conclusion

Les individus souffrants de ce trouble mental ne sont évidemment pas de véritables vampires. Ce sont les médias qui les ont apparentés aux vampires, du fait de leurs actes monstrueux et sanguinaires. Certains criminels récents se prennent pour des vampires ou vénèrent le mythe.


Vampire de Dusseldorf, le
Vampire de Hanovre, le
Vampire de Sacramento, le

Pourquoi nous adorons les histoires de vampires